Roue Libre

Un lieu de libre échange
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le monde quantique

Aller en bas 
AuteurMessage
Symmaque
Grand Manie Tout
avatar

Nombre de messages : 1345
Où es-tu? : Bien au delà de la ceinture de Kuiper..
Date d'inscription : 28/07/2005

MessageSujet: Le monde quantique   Mar 13 Déc - 3:06

La physique quantique apparaît comme une révolution au niveau de la conception même de l'univers et de ses constituants, il en découle une révolution philosophique, le déterminisme est remis en cause et la science fiction en littérature peut émerger.

En physique, c'est la théorie qui utilise le concept d'unités discrètes, appelées quanta (quantum au singulier), pour décrire les propriétés dynamiques de la matière et du rayonnement. La base de la théorie quantique a été fixée en 1900 par le physicien allemand Max Planck, qui affirmait que la matière et l'énergie rayonnante ont une structure discontinue. La théorie quantique est le fondement de toute la physique moderne.

Aux XVIIIe et XIXe siècles, la mécanique de Newton semble fournir une description exhaustive des mouvements des corps. Cependant, vers la fin du XIXe et le début du XXe siècle, de nouvelles observations mettent en lumière ses limites, parmi lesquelles le spectre de la lumière émise par les gaz chauffés ou dans lesquels une décharge électrique a lieu.

Certains corps étant transparents, d'autres se laissant traverser seulement par des longueurs d'onde déterminées, il s'agit d'expliquer pourquoi le spectre ne présente pas de continuité.

Pour résoudre certaines énigmes, pour comprendre pourquoi ils ne parviennent pas à faire coller expériences empiriques et théorie, les scientifiques vont changer leur perception du monde de l'infiniment petit.
Là où autrefois nous nous représentions un électron mobile autour d'un atome, aujourd'hui, nous nous le représentons comme une infinité de point, où il est probable qu'il se trouve. L'électron ne se concrétise que lorsqu'il est observé.
Toute la base de la théorie se trouve dans cette idée et de là va découler un bon nombre de principes.

A la fin du siècle dernier, la quasi-totalité des phénomènes physiques relevaient de deux types d'explication: soit de la théorie de l'électromagnétisme de Maxwell, qui rendait compte des effets magnétiques, des interférences lumineuses, etc. ; soit de la théorie de l'attraction universelle de Newton; base de la mécanique et plus particulièrement de l'astronomie.

Après s'être affrontées, ces deux théories s'étaient finalement partagé les divers domaines de la physique en créant les notions fondamentales d'onde et de corpuscule.
Le concept de corpuscule permettait d'idéaliser les objets réels en les représentant par un point (donc avec une position, un ensemble de positions constituant une trajectoire) et en attribuant à ce point une masse correspondante à la quantité de matière rassemblées (planète ou électron).

Quand à la notion d'onde, ou de champ, elle faisait appel non plus à un mouvement "de" la matière (comme la trajectoire d'une bille), mais à un mouvement "dans" la matière. Quand par exemple, des vagues se propagent du large vers le rivage, les molécules d'eau n'avancent pas en direction de la côte, mais se contente grosso modo de monter et de descendre en décrivant des cercles ou des ellipses, communiquant leur mouvement à leurs voisines: ainsi, de proche en proche, se transmet de l'énergie et non de la matière.

En dehors des applications de la physique quantique qui nous servent quotidiennement, sa façon de voir les choses peut aussi nous servir quotidiennement.

Nous sommes très matérialistes dans notre façon de voir les choses, d'envisager les problèmes et les solutions, peut-être que si nous pouvions changer notre manière de penser, un certain aspect des problèmes se révélerait.

Prenons par exemple la réduction du paquet d'ondes. Pour simplifier et sans entrer dans les détails de l'équation de Schrödinger, quand on observe une onde, on la réduit , on réduit toutes les autres probabilités des endroits où elle aurait pu se trouver.

Voilà ce qui m'a toujours chagriné quand j'ai eu à faire un choix. C'est à dire que chaque choix que je faisais éliminait les autres à cause de cette réduction du paquet d'ondes, lol.
Puis en réfléchissant, je me suis dis que les constantes n'étaient bien souvent qu'un leurre (dans un certain point de vue) et qu'il ne fallait pas voir le fait de faire un choix de façon définitive, mais de l'avoir fait à un moment et dans certaines conditions données. C'est à dire me représenter ce que je suis comme quelque chose de discontinue et non pas de continue comme tout autour de moi semble me l'indiquer, que le monde est aussi contre intuitif.
Plus simplement que faire un choix n'évince pas un autre choix, il le repousse simplement dans le temps, même s'il aura changé étant donné que le moment (temps et circonstances) aura changé. (Le choix peut être vu comme une constante qui reviendra dans différentes équations.)
C'est très délicat pour un artiste d'arriver à retranscrire ce qu'il a dans sa petite tête de linotte, pas facile de passer de cerveau droit (visuel) à celui de gauche (verbal) pour la retranscription verbal d’une image qui m’obsède par exemple. D'ailleurs j'arrive beaucoup mieux à écrire quand l'idée première était verbale plutôt que visuelle. (Mais il faudrait que je m'observe encore, c'est une hypothèse intuitive pour l'instant, même si elles presque toutes par là.)

Le problème du "meilleur" en terme de choix aussi m'a posé de gros cas de conscience et j'ai pris le parti de l'idéalisme quantique qui dit que l'onde observée n'existe que quand elle est perçue par l'esprit. Autrement dit, ce qui détermine le "meilleur" choix c'est de le voir donc de concrétiser ce choix et ne pas le laisser dans sa potentialité, et il convient alors d’essayer tous les choix qui se présentent à nous.

Le principe d'indétermination, c'est en gros celui qui a posé les bases en physique quantique, il suggère qu'il nous faut renoncer à toute tentative de recréer notre univers visible dans celui, invisible , des atomes. Il stipule qu'une détermination plus précise de l'une des deux quantités — position ou vitesse — a pour résultat la mesure moins précise de l'autre et que le produit des deux incertitudes n'est jamais inférieur à la constante de Planck.
Selon ce postulat, si vous pensez maîtriser un domaine, vous oubliez que vous ne le maîtrisez pas dans sa totalité, vous en connaissez une partie mais l’autre ou les autres seront beaucoup plus flous en réalité que ce que vous le pensez, ou ressentez. Il en va de même pour les gens, les concepts etc.

Le principe de complémentarité nous dit que l’aspect corpusculaire et ondulatoire sont deux aspects d’une seule réalité. Cela peut être tantôt l’un tantôt l’autre.

On a tous été confronté un jour, à cette formulation, où on se dit de quelqu’un : « ha il a enfin montré son vrai visage. » On peut aisément ré envisager cette phrase, cette impression, en pensant que cette personne n’a pas un faux ou un vrai visage, mais se conduit d’une certaine façon dans une configuration qui s’y prête et se conduit d’une autre façon dans une autre, l’une n’excluant l’autre en aucun cas.

Par extension, on peut aussi parler du paradoxe qui, en raison d’une logique trop bien ancrée dans les mœurs, nous parait contradictoire et n’est pas acceptable dans son ensemble. Imaginez que l’Homme est bon et mauvais à la fois, honnête , sincère, malhonnête et captieux, intelligent et con etc. semble justement contraire à la logique alors qu’au contraire cela peu en faire partie.

J'arrête là pour l'instant. tombe

Symmaque

_________________
Le besoin de certitudes est plus fort que le besoin de vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le monde quantique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tour du monde en voilier
» Le compteur du monde
» Vers le monde féérique de Sabine Hoffner-Begel
» Championnat du Monde de 2011 f3k
» [Pratchett, Terry] Les Annales du Disque-Monde - Tome 26: La Vérité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Roue Libre :: Sciences :: Astronomie/Astrophysique-
Sauter vers: